Il y a quelques années, j’ai fais des études en techniques policières.  Après l’obtention de mon diplôme, j’ai appliqué dans différents corps de police.  La Sûreté du Québec a finalement retenu mon dossier, ce qui me donna la chance de  participer au processus de sélection.  À chaque nouvelle étape réussie, mon cœur débordait de joie à l’idée de me rapprocher de mon objectif.  Puis, vint le jour fatidique : la réception de la fameuse lettre qui confirmait soit mon acceptation, soit mon refus.  Mon cœur battait la chamade, je ne tenais plus en place.  J’avais travaillé si fort pendant toutes ses années, j’allais enfin pouvoir connaître mon sort. Continue reading