Les cinq groupes d’Artisans de Lumière

Les cinq groupes d’Artisans de Lumière

décembre 4, 2019 0 Par admin

Les Artisans de Lumière sont de vieilles âmes qui peuvent être rassemblées en cinq groupes, selon leur personnalité. Bien que chaque âme soit unique, nous puisons tous dans nos différences pour nous entraider et pour faire avancer la cause de l’humanité. Les différents groupes d’Artisans de Lumière que nous allons voir travaillent de concert dans le but d’ancrer la nouvelle énergie sur Gaïa. Ils exercent différentes fonctions et possèdent certains attributs leur permettant d’accomplir efficacement leur mission respective.

Nous allons donc identifier ces groupes d’un à cinq; toutefois, le numéro un n’est pas plus important que le numéro deux, et ainsi de suite. Lorsque nous sommes face à des numérotations, notre cerveau a tendance à hiérarchiser les éléments. Or, dans le cas qui nous concerne, chaque groupe joue un rôle important et vient compléter l’autre.

Le premier groupe: l’intrication énergétique

Le terme « intrication » provient de la physique quantique et représente un enchevêtrement, une fusion entre deux particules. En effet, deux particules intriquées restent liées, même si on les sépare de plusieurs milliers de kilomètres de distance. L’Artisan de Lumière qui fait partie du premier groupe est donc intriqué au niveau énergétique, c’est-à-dire qu’il garde en lui les mémoires du passé. Il a beaucoup de difficulté à distinguer son incarnation présente de ses incarnations antérieures. Ses expériences passées affectent fortement sa vie actuelle, malgré le fait qu’il n’en est pas toujours conscient.

Celles et ceux qui font partie du premier groupe possèdent donc une énergie particulière provenant de leur passé. Cette énergie les gouverne et les amène à s’orienter vers un but bien précis, qui est souvent difficile à comprendre pour leur entourage. Nous pourrions dire qu’ils sont obsédés par cette orientation, par cette mission dont ils se croient investis au plus profond d’eux-mêmes. D’ailleurs, cette mission n’est pas fictive et est bel et bien inscrite en eux. En fait, elle est une potentialité et elle attend le bon moment pour devenir réalité. En d’autres mots, le Travailleur de Lumière qui choisit de suivre la voie proposée par son âme sera propulsé avec force vers son objectif et déploiera une quantité d’énergie phénoménale.

L’intrication énergétique que les Artisans de Lumière ressentent par rapport à leur passé les pousse à se donner corps et âme à leur mission. Ils passent leur existence tout entière à s’interroger sur le sens de la vie et sur leur raison d’être. Ils donnent tout ce qu’ils ont sans compter, et ce, jusqu’au jour où ils quittent cette Terre. Ils se consacrent à plein temps sur un seul et unique but: celui de réaliser ce pour quoi ils sont ici. Pour eux, rien n’a plus d’importance que cela. C’est pourquoi ils peuvent avoir l’air zélés ou donner l’impression qu’ils s’acharnent sans arrêt. Une autre réaction qu’ils suscitent est le fait qu’à côté d’eux, les autres peuvent se sentir paresseux ou fainéants. Leurs proches auront tendance à les juger, ne comprenant pas pourquoi ces individus ne pensent qu’à leur travail – que je préfère appeler leur œuvre –, au détriment des activités sociales et récréatives.

Pourtant, c’est grâce au travail accompli par ces âmes que les choses évoluent actuellement très rapidement sur Terre. L’énergie qu’elles portent en elles est créatrice de changement et nous mène vers un nouveau départ. D’ailleurs, les Artisans de Lumière qui font partie du premier groupe ne reviennent jamais en arrière. Ils vont de l’avant, découvrant sans cesse de nouvelles contrées, des terrains à défricher. C’est en cela que consiste leur mission, leurs actions et créations convergeant toujours vers le renouveau.

Les Travailleurs de Lumière qui font partie de ce premier groupe se reconnaissent facilement au travers de ce portrait. Toute leur vie durant, ils se font dire qu’ils sont des personnes intenses, habitées d’une intention que les autres n’arrivent pas à saisir. Ils se font fortement suggérer de ralentir la cadence, de profiter de la vie et d’arrêter de se poser autant de questions. Pourtant, ces âmes n’arrêteront jamais. Tant qu’elles respireront, elles seront animées par cette étincelle les poussant à aller toujours plus vers l’avant.

Δ

L’intensité… C’est un mot qui me caractérise très bien. Lorsque j’entreprends un projet, je fonce à toute allure et ne regarde jamais en arrière. Je fais preuve d’une fougue, d’une impétuosité qu’il est difficile à suivre et à comprendre pour quelqu’un qui ne fait pas partie de ce groupe d’Artisans de Lumière. Et avant de savoir d’où me provenait ce désir d’aller toujours plus vers l’avant, je me jugeais énormément. D’ailleurs, je n’étais pas la seule à le faire: «Virginie, tu es une vraie girouette ! Arrête-toi dont un moment pour profiter de la vie comme tout le monde !» Mais, c’était plus fort que moi, je devais continuer d’avancer, même si je connaissais plusieurs revers.

Aujourd’hui, je comprends que toute cette énergie provient de mon passé et qu’elle m’entraîne à tenter l’impossible, à créer et à me surpasser toujours plus. Même si à l’occasion je dois me tempérer – il y a des moments dans la vie où il vaut mieux rester immobile – je choisis toujours le chemin qui m’amène à bouger intérieurement. À ne pas rester assis là dans ma zone de confort. À tenter d’atteindre de nouveaux sommets, même si je ne sais pas toujours comment m’y prendre.

Parfois, les gens me demandent comment j’ai fait pour foncer autant, alors que mes particularités autistiques me rendent la tâche si difficile. Je crois que la réponse, c’est mon âme qui la détient. Parce que si j’avais écouté la petite voix apeurée de Virginie, je n’aurais pas fait grand-chose de ma vie. Je n’aurais pas passé six années dans les Forces armées, je n’aurais pas osé entreprendre des études pour devenir policière, je n’aurais pas travaillé avec le public durant tant d’années alors que j’ai beaucoup de difficultés avec les interactions sociales.

«Celui qui ne risque rien n’a rien» est un proverbe que j’affectionne particulièrement. Et je crois que celles et ceux qui font partie de ce premier groupe me comprennent parfaitement. Comment pouvons-nous espérer créer un monde plus neuf si nous n’osons pas avancer ?

Le deuxième groupe: l’intrication énergétique partielle

Le deuxième groupe ressemble au premier, excepté que celles et ceux qui en font partie ne sont pas aussi intenses et déterminés que les membres du premier groupe. Ils se sentent investis d’une mission, mais ne se sentent pas obsédés par cette dernière. Ils ne sont pas fermés à l’idée de prendre du temps pour eux, pour se reposer et pour faire des activités. Ils envisagent également de prendre leur retraite un jour, contrairement aux membres du premier groupe.

Les Artisans de Lumière du deuxième groupe s’intéressent grandement au corps humain. Ce sont des guérisseurs, et ils sont là pour venir en aide et soutenir les membres du premier groupe. Puisque ceux-ci travaillent jusqu’à l’épuisement, ils ont besoin de personnes qui s’occupent d’eux lorsqu’ils tombent malades. Ils ont besoin de la présence des guérisseurs pour pouvoir continuer à avancer. Les personnes qui se sentent partiellement intriquées avec leur passé se souviennent – quoique cette mémoire est parfois restée au niveau inconscient – qu’elles ont déjà été des guérisseurs dans leurs vies antérieures. Elles n’ont pas oublié qu’elles portent en elles le fluide de la guérison et qu’elles sont ici pour partager ce don avec autrui.

En plus d’être des guérisseurs, les Travailleurs de Lumière du deuxième groupe sont des spécialistes en ce qui concerne les systèmes. Ils aiment créer des systèmes, que ce soit des systèmes pour aider les gens à guérir ou des systèmes alimentaires pour les membres du premier groupe qui oublient de se nourrir. Ils aiment agencer, coordonner, organiser et combiner des éléments entre eux, pour créer de nouveaux systèmes plus performants et plus adaptés à notre réalité. Bref, ce sont des optimisateurs dans l’âme.

Ces Artisans de Lumière forment donc un groupe de soutien pour les membres de la première catégorie et pour l’ensemble de l’humanité. En fait, les membres du deuxième groupe travaillent en symbiose avec tous les autres Travailleurs de Lumière. Chaque groupe fait partie d’un réseau où chacun œuvre pour le bien collectif. En d’autres termes, c’est une immense collaboration qui a lieu, un partenariat permettant à la nouvelle énergie de s’ancrer plus rapidement et plus profondément sur Gaïa. D’ailleurs, les membres du troisième groupe travaillent aussi très fort en ce sens.

Le troisième groupe: les catalyseurs énergétiques

Le troisième groupe d’Artisans de Lumière représente l’énergie du catalyseur. Ces âmes déclenchent une réaction par leur simple présence et permettent à la nouvelle énergie de s’enraciner sur la Terre. Les membres du troisième groupe peuvent rester assis de nombreuses heures et méditer sans même changer de position une seule fois. Ils sont très à l’aise dans leur rôle de catalyseur puisque leur énergie est stable. En restant assis sans rien faire – du moins, en apparence –, ils emmagasinent l’énergie des autres, ils l’harmonisent et la retournent à la Terre. Ils modifient ainsi l’énergie d’un lieu en étant simplement présents.

Celles et ceux qui font partie de ce troisième groupe ont vécu de nombreuses vies en tant que moines et moniales. Ils ont appris par le passé à s’asseoir et à « être ». Cependant, puisque notre société est axée sur la performance et la rapidité d’exécution, les membres de ce groupe sont souvent jugés par leurs confrères et consœurs, ces derniers ne comprenant pas comment ces gens peuvent rester assis pendant des heures sans avoir envie de bouger ou de faire autre chose. Pourtant, ces individus apportent la paix en transformant et en harmonisant l’énergie. Ils se dégagent d’eux une telle sérénité que nous sommes naturellement apaisés en leur présence.

Les deux premiers groupes d’Artisans de Lumière ont besoin du travail accompli par le troisième groupe, et vice-versa. Comme nous l’avons vu, les groupes sont interconnectés et travaillent en symbiose. Lorsque le premier groupe se sent surchargé, le troisième prend la relève et transforme l’énergie, ce qui soulage et apaise automatiquement le premier. Et s’il n’y avait personne pour se mettre en mouvement, si tout le monde restait assis là à méditer, rien ne serait accompli. Voilà pourquoi chacun des groupes a son importance et est indispensable pour le bon fonctionnement des choses.

Le quatrième groupe: les aimants de la nature

On reconnaît les membres du quatrième groupe par le lien profond qui les unit à Gaïa. Ils sont des amoureux de la nature qui ignorent, pour la plupart, être de vieilles âmes. Tout ce qu’ils savent, c’est qu’ils aiment la Terre d’un amour inconditionnel et qu’ils se doivent d’en prendre soin. Ils croient être de simples travailleurs, des cultivateurs, des jardiniers, qui se lèvent à l’aurore pour semer des graines. Or, la réalité en est tout autre. Grâce au travail qu’ils accomplissent et au dévouement dont ils font preuve, ils permettent à Gaïa de fleurir, tout en nous partageant ce qu’elle a de mieux à nous offrir.

Les Travailleurs de Lumière qui font partie de ce groupe sont également amoureux des animaux et des plantes. Ils communiquent aisément avec les différents règnes. Ils murmurent à l’oreille de leur animal de compagnie et ils discutent avec les plantes et les fleurs. Bref, ils ressentent l’interrelation entre toute chose et comprennent que tout est animé par une étincelle de vie.

Encore une fois, les membres de ce groupe travaillent en partenariat avec les autres. En étant là pour s’occuper de la terre, pour prendre soin des récoltes et pour protéger l’environnement, ils permettent aux autres groupes d’accomplir leur tâche et de se concentrer sur leur domaine de prédilection. Grâce à eux, les membres des autres groupes peuvent continuer à méditer, à guérir et à travailler, sans se soucier de la moisson ou des problèmes environnementaux.

Le cinquième groupe: les points d’ancrage

Le cinquième groupe rassemble le plus grand nombre d’Artisans de Lumière et est responsable du changement sur la planète. Malgré le travail accompli par les membres du premier groupe en ce sens, ce sont ceux du cinquième groupe qui ont le plus gros impact. Ces âmes ne font rien d’extraordinaire et pourtant, elles transforment le monde. Elles se rendent au boulot tous les matins, font leur travail, et rentrent à la maison. Cependant, ce qu’elles ne savent pas, c’est qu’elles sont des points d’ancrage qui sèment le germe d’une conscience nouvelle, d’une conscience emplie de compassion.

En effet, la compassion est ce qui doit être semée sur notre planète. La compassion est le point d’ancrage d’un monde équilibré et harmonieux. Et c’est grâce au travail de ce cinquième groupe d’âmes que cet attribut jaillit de nos jours dans le cœur des hommes. Ce qu’ils font en se contentant de vivre leur vie est indispensable aux quatre autres groupes. Sans eux, les membres du premier groupe auraient beau écrire tous les livres du monde, leur message ne serait pas reçu et accepté. Les membres du deuxième groupe pourraient créer un nombre incalculable de nouveaux systèmes, ils feraient tout de même face à l’indifférence des autres. Le troisième groupe pourrait méditer pendant des décennies, la Terre ne serait pas réceptive à leur énergie. Quant au quatrième groupe, ses membres auraient beau aimer la nature de tout leur cœur, rien ne changera si les humains ne ressentent aucune compassion dans leur for intérieur.

Voilà pourquoi les membres du cinquième groupe en font plus que tous les autres groupes réunis. Et paradoxalement, ils n’ont aucune idée du travail qu’ils accomplissent dans l’ombre. N’écrivant pas de livres, ne produisant pas de films, n’ayant pas d’idées novatrices, ils croient que leur existence n’a pas une grande valeur. Et pourtant ! S’ils savaient à quel point leur présence, leur amour et leur compassion permettent à la nouvelle énergie de s’ancrer sur Gaïa.

Les cinq groupes d’Artisans de Lumière ont donc chacun un rôle à jouer et œuvrent main dans la main pour faire évoluer la conscience de l’humanité. Pour certains, ils aident en étant simplement présents, alors que d’autres travaillent corps et âme toute leur vie durant. D’ailleurs, le système que nous venons de voir explique pourquoi certains d’entre nous se sentent profondément investis d’une mission, alors que les autres ne le sentent pas. Pourtant, nous sommes tous impliqués dans ce projet audacieux de transformer notre monde, un être humain à la fois. Bien que nous ayons des façons différentes d’arriver à nos fins, nous avançons tous dans la même direction et accomplissons le travail de Lumière pour lequel nous sommes venus.

Source : Le Nouvel Humain, Lee Carroll, Éditions Ariane