♥Spécialement à l’attention des Flammes Jumelles♥

«C’est l’histoire d’un homme et d’une femme. Nous allons les appeler Adam et Ève. Adam et Ève se rencontrent par un heureux hasard et dès le premier regard, tombent follement amoureux l’un de l’autre. C’est comme si ces deux êtres s’étaient connus de toute éternité. Lorsqu’ils se touchent pour la première fois, de lointains souvenirs rejaillissent du plus profond de leur âme. Ils sont submergés par des émotions et des sensations d’une puissance inimaginable. Ils se sentent soudainement en harmonie avec l’Univers tout entier. Ils se fondent l’un dans l’autre, au point de ne former qu’une seule et même entité. Cette expérience est de loin l’expérience la plus majestueuse qu’ils leur aient été donnés de vivre.

Et puis un jour, ce moment de pur bonheur est mis aux oubliettes. Les deux amoureux se trouvent à présent confrontés à « la réalité du monde physique ». Ils partent chacun de leur côté à la conquête du monde, en bravant les tempêtes quotidiennes du mieux qu’ils le peuvent. Tranquillement mais sûrement, les deux amants finissent par devenir las. Ils ne se regardent plus comme au premier jour. Ève ne voit plus la douceur qu’elle avait perçue dans les yeux d’Adam. Elle ne voit qu’impatience, colère et déception. Adam, quant à lui, se rend bien compte que sa partenaire se distance. Lorsqu’il la regarde, elle ne lui reflète plus sa bonté et sa grandeur d’âme. Elle ne lui renvoie que tristesse et incompréhension.

Ève finit par se surprendre à ressentir beaucoup de haine envers Adam. Elle n’a pas l’habitude d’éprouver ce genre d’émotions et ne sait que faire de toutes ces énergies négatives. Étant réputée pour sa joie de vivre et son enthousiasme contagieux, elle sent qu’elle s’éteint auprès de son partenaire. Elle n’arrive plus à faire resplendir sa Lumière, qui lui est si chère. Elle choisit donc de partir, le cœur en peine et avec beaucoup de ressentiment.

Elle ne comprend pas où a bien pu passer son Adam des premiers jours. Comment l’amour qui avait enflammé leurs cœurs s’était-il évaporé avec le temps? Et ce qui la bouleverse par-dessus tout est le fait de se sentir prisonnière de la colère qu’elle éprouve envers Adam. Pourquoi a-t-il agi avec autant de méchanceté, lui qui peut être si doux et aimant? Cela ne fait aucun sens à ses yeux.

Ève a l’impression qu’Adam s’est perdu et qu’il ne retrouvera jamais son chemin. Elle a prié pendant si longtemps pour que Dieu lui vienne en aide. Pourtant, rien n’a changé. Adam s’est endurci de plus en plus et Ève, ne pouvant plus supporter ce contraste, s’est éloignée. Pour se protéger. Pour retrouver sa joie de vivre et sa Lumière intérieure.

En quittant Adam, Ève ne ralluma malheureusement qu’une faible partie de son flambeau. Un élément manquait à sa compréhension et l’empêchait de briller de tous ses feux. Elle partit donc à la recherche de ce chaînon manquant, partout où elle soupçonnait qu’il puisse être. Et elle le trouva dans ces mots: «À l’instant où je te frappe et te châtie , à l’instant où je te fais le pire que tu puisses imaginer, à ce même instant… rappelle-toi qui je suis vraiment.»¹

Et c’est ainsi qu’Ève retrouva sa Lumière. Elle sut, à la lecture de ce passage, qu’elle avait bel et bien connu Adam, de toute éternité. Et qu’il avait choisi, par amour pour elle, d’incarner le « mauvais rôle » pendant un instant, pour lui permettre d’expérimenter le pardon. Comment Ève aurait-elle pu faire l’expérience du pardon, s’il n’y avait eu personne à pardonner? Comment aurait-elle pu connaître, de façon expérientielle, cet attribut divin?

C’est ainsi qu’Ève compris toute la beauté du processus. Les deux âmes des amoureux s’étaient connues, bien avant leur séjour sur Terre. Et elles avaient fait un pacte entre elles, pour que chacune puisse connaître et démontrer l’aspect de leur Soi dont elle voulait faire l’expérience.

Et c’est pour cette raison que leur rencontre, dans le monde de la matière, les avait autant remués. Le souvenir foudroyant de cette mémoire les avait transpercés, l’espace d’un instant. Ils ne pouvaient se tromper. Cet autre, nouvellement rencontré, leur était si familier…

Voici ce que mon expérience avec ma flamme jumelle m’a fait comprendre sur le pardon. Le pardon nous permet de reconnaître en l’autre une âme pure, charitable et bienveillante, qui, par amour pour nous, a choisi de nous aider. Et pour comprendre cela, il nous faut agrandir notre vision. Si nous nous limitons au monde de la perception, le pardon est quasi impraticable. Pourquoi? Parce que nous aurons toutes les raisons du monde d’en vouloir à notre ennemi et d’entretenir de la rancune à son égard. Comment voulez-vous pardonner à quelqu’un qui vous maltraite ou qui maltraite votre enfant? Comment arrivez-vous à pardonner au violeur, au meurtrier, au voleur? Comment pardonnez-vous à celui qui vous insulte, qui vous ment, qui vous trahit ou qui vous abandonne? Comment, humainement parlant, accepter le pardon dans notre cœur et lâcher-prise sur le passé? En relisant l’histoire ci-dessus. En comprenant le processus dans son ensemble. Pour saisir l’ampleur du message contenu dans cette histoire, il nous faut d’abord comprendre chaque aspect du processus de création de notre Soi, qui est le processus de création de la vie elle-même.

Dans le monde de la matière, une chose existe, en rapport avec une autre. S’il n’y a personne à aimer, comment pouvons-nous faire l’expérience de l’amour? Également, une chose ne peut exister, sans son contraire. En l’absence du froid, le chaud n’existe pas. En l’absence de la rancœur, l’indulgence n’existe pas. Et en l’absence de souffrance, le pardon n’aurait de raison d’être. Par conséquent, nous ne pourrions jamais connaître l’indulgence, s’il n’y avait personne qui commettrait d’offense. Et nous ne pourrions faire l’expérience du pardon, si nous n’avions jamais expérimenté la rancune. C’est pourquoi chaque personne et chaque situation qui nous apportent de la souffrance dans nos vies sont une occasion pour nous d’expérimenter le pardon. Ou de faire l’expérience de l’attribut divin que notre âme a choisi de connaître.

Que ce soit la joie, la compassion, la charité, la patience, la clémence, sachez que chaque âme présente dans votre entourage est là dans le but de vous aider à expérimenter ces attributs. C’est ainsi que vous pourrez comprendre que Dieu vous a fait don de ses anges, et qu’ils sont bien présents à vos côtés. En fait, ces anges, se sont les membres de votre famille, vos amis, vos collègues, les gens que vous aimez autant que les gens qui vous donnent du fil à retordre. Et pour tout dire, c’est cette dernière catégorie de personnes que nous devrions le plus louanger et remercier. Parce que sans ces âmes courageuses, qui choisissent de se sacrifier pour nous, nous ne pourrions nous connaître en tant que pardon, amour inconditionnel, bonté et miséricorde.

Soyez certain, la prochaine fois que vous vivrez une situation difficile dans l’une ou l’autre de vos relations, que cela n’arrive pas par hasard. Ce n’est pas un mauvais coup du sort, mais plutôt une bénédiction provenant du Ciel. Lorsque vous sentez naître en vous des émotions telles la rancœur, la colère, l’amertume ou le ressentiment, regardez la personne qui éveille en vous tous ces sentiments. Regardez là vraiment, droit dans les yeux. Et rappelez-vous qui elle est. Il est probable que cette personne ait oublié, tout comme vous aviez oublié. Mais le fait de plonger vos yeux dans les siens vous donnera directement accès à son âme. Dans ces moments, nos mémoires s’éveillent et une grande paix intérieure se fait ressentir. En contemplant cette personne sous un angle nouveau, vous pourrez pardonner. Vous pourrez lâcher-prise sur ses paroles et gestes répréhensibles, et tourner la page sur le passé. Et vous serez ébloui par toute la lumière et la pureté de cette noble âme.

Il est mentionné dans la Bible: «Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font». Ces sages paroles, prononcées par Jésus lui-même lorsqu’il se faisait persécuter, représentent la pierre d’assise du pardon. Pourquoi ne savent-ils pas ce qu’ils font? Parce qu’ils ne se rappellent pas qui ils sont. S’ils se rappelaient, croyez-vous que ces hommes seraient capables d’autant de cruauté? Pensez-vous une seule seconde que les atrocités commises à travers le monde proviennent de gens qui se souviennent qu’ils sont amour et compassion? Et croyez-vous que si nous tous, nous nous rappelions qui nous sommes, nous accepterions volontairement de blesser un frère, ici-bas? Si nous n’étions pas soumis au voile de l’oubli, il nous serait impossible de faire du mal à qui que ce soit. Il nous serait impossible d’agir, sans amour.

Voilà toute la splendeur et la complexité du processus. Et c’est là que s’enchevêtrent ces deux grands principes qui paraissent contradictoires: « tu dois oublier ton Soi pour pouvoir le recréer » et « rappelle-toi qui tu es ». Comment ces deux notions peuvent-elles coexister? C’est ce qu’on appelle la divine dichotomie; lorsque deux vérités opposées peuvent exister simultanément dans le même espace. La seule manière pour nous de saisir la profondeur de ce processus est de le voir non pas de façon linéaire, mais comme un cercle. Un cercle, par définition, est un ensemble de points, tous situés à la même distance d’un point, appelé centre du cercle. Pour faciliter notre compréhension, nous allons numéroter ces points d’un à dix. Imaginez-vous donc au point un, puis commencez à vous déplacer. Vous atteignez le point deux, puis le point trois, etc. Finalement, vous arrivez au point dix. Mais cela ne s’arrête pas. Vous continuez de tourner, en atteignant à nouveau le point un. Et vous continuez ainsi à tourner.

Lorsque vous êtes au point un, vous avez oublié votre Soi, vous n’avez aucun souvenir de qui vous êtes vraiment. En vous déplaçant et en atteignant les autres points, vous commencez à vous rappeler. Au point dix, votre Vision de qui vous êtes est cristalline. Puis le cycle recommence, à jamais et pour toujours. C’est ce qu’on appelle: l’éternité.

Nous n’avons donc rien de moins que l’éternité pour créer, affirmer, démontrer, déclarer et proclamer qui nous sommes vraiment. C’est là le but de la vie. Sans l’oubli, notre travail serait terminé. Sans le rappel, nous ne pourrions raffiner notre création. L’oubli et le rappel sont donc deux outils qui se juxtaposent dans notre expérience terrestre. C’est uniquement lorsque nous entrevoyons le processus de création de toute vie sous cet angle que nous pouvons nous en servir consciemment; et ce, dans le meilleur intérêt de tous.

La vie est un cycle et puisque nous sommes en perpétuel mouvement, parfois nous oublions, parfois nous nous rappelons. Maintenant, que faire lorsque nos mémoires s’éveillent et que nous arrivons à lever le voile de l’oubli? Rappelez aux autres qui ils sont. Comment? Par notre exemple. En démontrant aux autres qui nous sommes, ils se rappelleront leur Vérité. Je vous entends déjà me dire: «Comment est-ce possible?» Parce que nous sommes tous un même et unique Esprit. Nous sommes tous interconnectés, interreliés et unis à tout jamais. Lorsque vous vous rappelez, vous amenez les autres à s’éveiller, et vice-versa. N’est-ce pas merveilleux! Joe Vitale, l’auteur du livre Zéro Limites, le dit si bien: «J’écris des livres pour éveiller les gens, pour m’éveiller moi-même. En m’éveillant, je vous éveille.»

J’espère que mon histoire puisse inspirer ceux et celles qui ont le privilège de cheminer vers la réUNification ♥

¹Conversations avec Dieu-3, Neale Donald Walsch

1 thought on “Le Pardon

  1. Merci de tout Coeur Virginie pour ce Beau Partage, c’est tellement Beau et Inspirant.

    Conversations avec Dieu, cette trilogie que j’ai découvert en 2016, a changé ma Vie.
    J’ai pu ainsi me rappeler qui je suis.
    J’ai pu aussi affirmer qui je suis, qui je souhaite être vraiment.

    Sébastian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *